EYP001 dans HBV

LEcccDNA DU VIRUS DE L’HÉPATITE B (VHB)

Le virus pénètre dans les hépatocytes après fixation sur deux récepteurs, les protéoglycanes et NTCP, le transporteur des sels biliaires, qui est exprimé au pôle baso-latéral des hépatocytes. Après l’entrée du virus, la capside est libérée dans le cytoplasme et migre vers les pores nucléaires où le génome viral est libéré dans le noyau sous sa forme initiale d’un ADN circulaire partiellement double brin. La synthèse de l’ADN virale est complétée, les brins d’ADN ligués pour former le cccDNA, l’ADN circulaire clos de façon covalente. Le cccDNA s’associe avec des histones, des facteurs nucléaires et des protéines virales, notamment HBx et HBc pour former des mini-chromosomes qui persistent dans le noyau des hépatocytes et qui sont transmis aux cellules filles lors de la division cellulaire.

L’hépatite B reste un problème de santé publique majeur dans le monde avec plus de 350 millions de personnes infectées de manière chronique malgré des programmes de vaccination intensifs. La maladie peut évoluer en quelques dizaines d’années vers la cirrhose et le cancer du foie ce qui témoigne de sa gravité. Les thérapies actuelles (inhibiteurs de la polymérase et PEG-interféron) sont des traitements à vie qui ne permettent pas de guérir HBV du fait qu’elles ne ciblent pas le réservoir du virus. Il existe donc un besoin médical important de développer de nouvelles thérapies plus efficaces.

Le composé principal d’ENYO Pharma, EYP001, est une petite molécule oralement biodisponible actuellement évaluée en Phase Ib chez des patients atteints d’hépatite B chronique. Une étude de Phase IIa doit démarrer en S2 2018. EYP001 est une molécule synthétique non stéroïdienne, agoniste de FXR non dérivé des acides biliaires avec un bon profil de tolérance. Contrairement aux thérapies actuelles prises à vie qui ciblent exclusivement la réplication du virus, EYP001 cible le cccDNA (« réservoir du virus »), ce qui va donc permettre de guérir réellement les personnes infectées par le virus de l’hépatite B.

Leaders d’opinion

Robert G. Gish, MD

Le Docteur Gish a obtenu son diplôme de médecine à l’Université de Médecine du Kansas, a Kansas City, Kansas. Il a effectué une résidence en médecine interne de 3 ans à l’Université de Californie, à San Diego, et a eu une bourse de recherche en gastroentérologie et hépatologie de 4 ans à l’Université de Californie, à Los Angeles.

Le Dr Gish est membre à la fois de l’American College of Physicians et de l’American Association for the Study of Liver Disease. Il a occupé différents postes au sein des comités de rédaction de l’American Journal of Gastroenterology, Journal of Hepatology, Digestive Diseases and Sciences, et Gastroentrology entre autres. Il est le co-auteur d’un programme public de santé pour la santé du foie au Vietnam et participe également au développement de programmes de protection de santé en Arménie et aux Philippines. Il fut l’une des premières personnes à avoir permis la découverte de méthodes pour détecter les virus de l’hépatite B et C et la caractérisation de leur épidémiologie ainsi que sa présentation clinique chez l’Homme.

Il a participé à des études qui ont permis la mise en place de stratégies de classification génotypiques et de méthodes désormais utilisées dans le monde entier. Il a publié plus de 600 articles originaux, des articles de revues, des abstracts, ainsi que plusieurs ouvrages. Robert G. Gish, MD, est actuellement Professeur de Médecine à l’Université de Stanford à Palo Alto et Professeur Adjoint de Médecine à l’Université de Médicine du Nevada à Las Vegas. De plus, il est également Directeur Médical de l’Hepatitis B Foundation et de l’Asian Pacific Health Foundation.

Hendrik W. Reesink, MD, PhD

Hendrik W. Reesink est Professeur Associé au Department of Gastroenterology and Hepatology and Experimental Immunology of the Academic Medical Center de l’Université d’Amsterdam, aux Pays-Bas.

Après avoir obtenu son diplôme de médecine à la Faculté de Médecine de l’Université d’Amsterdam aux Pays-Bas, il s’est spécialisé en immunohématologie et en médecine transfusionnelle au Central Laboratory of The Netherlands Blood Transfusion Service, en lien avec l’Université d’Amsterdam et a ensuite effectué sa formation en médecine interne à Wilhelmina Gasthuis, de l’Université d’Amsterdam. Il a également obtenu un doctorat dans la même Université. Il a été le Directeur de la Banque du Sang d’Amsterdam pendant presque 30 ans et a travaillé comme interne général au Onze Lieve Vrouwe Gasthuis à Amsterdam pendant plus de 25 ans. Il travaille depuis 2004 principalement comme interne/hépatologue dans les départements du Centre Médical Académique de Gastroentérologie et d’Hépatologie et d’Immunologie Expérimentale avec un focus spécial sur la recherche de l’hépatite virale B et C.

Il est membre de plusieurs groupes de recherches et de conseils consultatifs nationaux et internationaux. Il est co-auteur de nombreuses publications qui sont apparues dans des journaux tels que New England Journal Of Medicine, The Lancet, Gastroenterology et Hepatology.